Les changements climatiques en République Centrafricaine

Jean-Claude BOMBA et Marcel KEMBE,
Département de Géographie
Université de Bangui
RESUME
La République Centrafricaine est confrontée aux effets néfastes des changements climatiques. Tous les segments de la société et de l’économie centrafricaine vont progressivement subir de plein fouet les effets de ces changements climatiques. Aussi, pour faire face, la Centrafrique est-elle obligée d’adopter des mesures. Mais la République Centrafricaine, pays pauvre se débat encore dans des crises interminables. L’environnement ne représente pas une priorité dans la planification du développement national et sectoriel. La gestion des changements climatiques est caractérisée par une faible compréhension de l’enjeu même des changements climatiques, la faiblesse des sources d’information et une faible planification stratégique. C’est dans ce contexte que la République Centrafricaine est interpellée pour résoudre les problèmes liés aux changements climatiques.
MOTS CLES :
Changement climatique, variabilité, vulnérabilité, environnement, pluviosité, hydrographie.

ABSTRACT
The Central African Republic is facing the adverse effects of climate change. All the segments of society in Central African economy will gradually hit these climate impacts. So, to face the Central African Republic is forced to adopt measures. But the Central African Republic poor country is still struggling in endless crises. The environment is not a priority in national and sectoral development planning. Climate management is characterized by a flow understanding of the same issue of climate change, the weakness of the sources of information and weak strategic planning. It is in this context that the Central African Republic is called upon to solve problems related to climate change.

KEYWORDS
Climatic changing, variableness, vulnerability, environment, rainfall, hydrography.

CONTEXTE
Le mois de juillet 2015 a été le mois le plus chaud jamais enregistré depuis que les relevés de température existent . L’année 2015 a battu tous les records de températures . Parallèlement à la hausse de température, les pluies enregistrées en Centrafrique sont devenues irrégulières et la durée des saisons des pluies s’est raccourcie avec des déficits pluviométriques qui ont dépassé 53% . La répartition des précipitations à l’échelle mondiale s’est modifiée au cours du XXe siècle. Elles sont devenues plus importantes aux moyennes et hautes latitudes de l’hémisphère nord et moins importantes dans les zones subtropicales .
De ces constats, on peut déduire que les changements climatiques ont quitté le stade de la simple théorisation de l’espace pour devenir une réalité. Malheureusement, cette réalité va inévitablement se traduire soit par la modification du rythme et des régimes pluviométriques et thermométriques, soit par la modification de la fréquence et de l’intensité des pluies ou encore par la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes . En un mot, les changements observés vont entamer la variabilité traditionnelle du climat.
Or, les moindres soubresauts du climat ont des répercussions, immédiates ou à terme, sur l’existence de l’homme. Toute modification de la variabilité climatique déteint forcément les secteurs de la vie qui se sont ajustés aux paramètres climatiques historiques. La pression enclenchée par les changements climatiques va influer, directement ou indirectement, sur la disponibilité des ressources en eau, le déplacement brutal des épisodes pluvieux ou secs et la propagation des maladies. Elle va bouleverser les calendriers agricoles traditionnels, modifier les normes culturales empiriques et les cycles culturaux. La dégradation accélérée du couvert végétal, la dégradation et la perte de la fertilité des sols, l’assèchement des bassins hydrographiques, la destruction des aires protégées et de la faune, la dégradation des établissements humains et du cadre de vie seront aussi comptabilisés.
Plusieurs secteurs prioritaires de développement vont se fragiliser. Cette situation est encore plus grave pour la République Centrafricaine qui, d’une part, affronte déjà de nombreuses contraintes militaro-politique qui, l’empêchent d’inscrire les changements climatiques au cœur des priorités nationales. D’autre part, c’est un pays à vocation essentiellement agricole et son agriculture est pluviale, qui risque d’être impactée par les perturbations climatiques futures, mais dans quelle proportion ?

Si cet article vous intéresse, vous pouvez le télécharger en cliquant ici!