Aimé Césaire, le porte parole des sans voix

Résumé :
Le 17 avril 2008 à 14 h 00 l’éclipse fatal et définitif se produisit en Martinique, Département d’Outre-Mer de la République Française : Aimé Césaire, poète célébrissime de la littérature négro-africaine, père de la négritude, le courant de pensée de tous les nègres de la diaspora… disparaissait de la vie littéraire et politique !
Des hommages sous diverses formes ont été rendus au poète de par le monde… A Bangui (Centrafrique), la disparition de ce célèbre poète ne pouvait laisser durablement indifférents la communauté scientifique littéraire. Aussi, une journée d’hommage a eu lieu à l’Alliance française de Bangui pendant laquelle le professeur Jean-Claude Azoumaye a donné une conférence suivie de débats. L’orateur a souligné l’importance historique de la négritude en tant que forme de lutte idéologique, mais aussi l’engagement politique assez paradoxal du poète.
Poète et homme politique français, chantre de la négritude, dont l’œuvre exprime toute la révolte du peuple noir contre les colonisateurs, Aimé Césaire restera à jamais gravé dans la mémoire des opprimés, comme il l’affirme dans Et les chiens se taisaient: « Il n’y a pas dans le monde un pauvre, un pauvre type lynché, un pauvre homme torturé en qui je ne sois assassiné et humilié ».
Vous pouvez télécharger le diaporama sur le lien suivant: télécharger