Série 2 : savoir manier l’accord du participe passé

Apprentissage par exercices pratiques

Le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde (comme l’adjectif) en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.

Exemples : Des fleurs écloses. L’année passée. Vérification faite.

Le participe passé des verbes passifs et de certains verbes intransitifs conjugués avec l’auxiliaire « être » s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe.

Exemples : Ces fables seront lues à haute voix. Nos amis sont venus hier.

Le participe passé employé avec l’auxiliaire « avoir » s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct du verbe, quand ce complément le précède.

Exemple : Je n’aurais jamais fait les sottises qu’il a faites.

Le participe passé employé avec l’auxiliaire « avoir » reste invariable :
• Si le COD suit le verbe (ex. : Elle a reçu de bonnes nouvelles)
• S’il n’a pas de COD (cas des verbes transitifs employés intransitivement, des verbes intransitifs et des verbes transitifs indirects) : (ex. : Ils ont lu. Ils nous ont succédé.)

Le participe passé suivi d’un infinitif est variable s’il a pour COD le pronom qui précède ; ce pronom est alors le sujet de l’action marquée par l’infinitif : Les fruits que j’ai vus mûrir. (On peut dire : les fruits que j’ai vus mûrissant. Ce sont les fruits qui mûrissent. « Que » mis pour « fruits », faisant l’action de mûrir, est COD de « ai vus »).

Le participe passé est invariable s’il a pour COD l’infinitif ; le pronom est alors COD de l’infinitif et non du verbe principal : Les fruits que j’ai vu cueillir. (On ne peut pas dire : les fruits que j’ai vus cueillant. Ce ne sont pas les fruits qui cueillent. « Que » mis pour « fruits », ne faisant pas l’action de cueillir, est COD de cueillir et non de « vu »).

Les participes passés qui ont pour COD un infinitif sous-entendu ou une proposition sous entendue sont toujours invariables : Il n’a pas payé toutes les sommes qu’il aurait dû (sous-entendu payer) ; je lui ai chanté tous les morceaux qu’il a voulu (sous-entendu que je lui chante).

Le participe passé fait suivi d’un infinitif est toujours invariable : la maison que j’ai fait bâtir.

Les verbes pronominaux se conjuguent dans leurs temps composés avec l’auxiliaire « être » ; mais cet auxiliaire peut être remplacé dans l’analyse par l’auxiliaire « avoir » (je me suis consolé est équivalent de j’ai consolé moi). Le participe passé d’un verbe pronominal réfléchi ou réciproque s’accorde avec son COD si ce complément le précède : les lettres que Josiane et Claude se sont écrites sont aimables. Il reste invariable si le COD le suit ou s’il n’a pas de COD : Josiane et Claude se sont écrit des lettres aimables. Ils se sont écrit.

Le participe passé d’un verbe toujours pronominal (s’enfuir, s’emparer, s’évanouir, s’absenter, se repentir, se souvenir, etc.) s’accorde avec le sujet du verbe : Ils se sont emparés de la ville.

Les participes passés des verbes transitifs indirects employés pronominalement restent toujours invariables : Ils se sont ri de mes efforts. Ils se sont plu à me tourmenter.

Le participe passé des verbes impersonnels est toujours invariable : les inondations qu’il y a eu. Les verbes faire, avoir sont transitifs de par leur nature, mais ils deviennent impersonnels quand ils sont précédés du pronom neutre « il » : les chaleurs qu’il a fait.

Le participe passé conjugué avec « avoir » et précédé de « le, l’ », COD représentant toute une proposition, reste invariable : la chose est plus sérieuse que nous ne l’avions pensé d’abord. Le participe passé précédé de « en » reste invariable : tout le monde m’a offert ses services, mais personne ne m’en a rendu. Cependant, le participe varie si le pronom « en » est précédé d’un adverbe de quantité comme plus, combien, autant…Il est invariable si l’adverbe suit le pronom : Autant d’ennemis il a attaqués, autant il en a vaincus. Quant aux belles villes, j’en ai tant visité.

Lorsque le participe passé a pour COD une locution collective (adverbe de quantité précédé d’un article indéfini ou mot collectif suivi d’un complément), il s’accorde soit avec l’adverbe ou le mot collectif, soit avec le mot complément, selon que l’on attache plus d’importance à l’un ou l’autre : le peu d’attention que vous avez apporté (apportée) à cette affaire.
Vous pouvez télécharger l’exercice sur le lien suivant: télécharger