Série 1 : comprendre la valeur et l’emploi des modes et des temps verbaux

Apprentissage par exercices pratiques

La valeur des modes

Les modes sont les différentes manières d’envisager un fait ou une action. Ils sont : l’indicatif, le subjonctif, le conditionnel, l’impératif, l’infinitif, le participe et le gérondif. Ces modes ont plusieurs significations, plusieurs valeurs. Ils permettent au locuteur (celui qui parle) de situer son énoncé par rapport à la réalité. Selon le mode qu’il emploie, le locuteur présente les faits comme réels, souhaitables ou éventuels.
Exemple : Il vient (fait réel). Qu’il vienne (Fait souhaitable). Il viendrait ? (fait éventuel)

1. Les valeurs de l’indicatif :

L’indicatif est le mode du réel. Ce qui est exprimé à l’indicatif a valeur de constat.
Ex. J’ai acheté la veste que nous avons vue hier.
L’indicatif peut aussi marquer une volonté d’insistance, de la part du locuteur, à présenter ce qu’il dit comme réel et vrai. Ex. Je l’ai vu, de mes propres yeux vu ce qu’on appelle vu.

2. Les valeurs du subjonctif :

Le subjonctif est le mode du possible, de l’incertain, de la volonté et du souhait.
Dans les propositions indépendantes, le subjonctif exprime :

– l’ordre ou la défense : Qu’on mette les ouvriers au travail.
– le souhait : Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères !
– l’indignation : Moi, que je fasse ce sale boulot !

Dans les propositions subordonnées conjonctives, le subjonctif s’emploie avec des verbes de volonté, de doute et de sentiment. Ex. Je souhaite qu’il vienne demain à l’heure.
Dans les subordonnées relatives, le subjonctif exprime un fait virtuel. Ex. Je voudrais une maison qui soit grande et belle.

3. Les valeurs de l’impératif :

L’impératif est le mode de l’injonction. Il sert à exprimer un ordre ou une défense. Ex. Ramassez ces fleurs, jetez-les dehors, ne les arrosez plus.

4. Les valeurs du conditionnel, considéré comme mode

Le conditionnel est le mode de l’imaginaire, de l’hypothèse. Il sert à exprimer :

– la supposition : Me cherchiez-vous, Madame ? Un espoir si charmant me serait-il permis ?
– l’atténuation : Je voudrais vous voir cet après-midi.
– l’hypothèse, c’est-à-dire une action soumise à une condition exprimée ou non. Dans ce cas, on distingue :
o l’action considérée comme possible dans l’avenir (potentiel) ; ex. Il devrait y avoir ici un bar où on entendrait de la très bonne musique.
o l’action non réalisée dans le présent (irréel du présent) ; ex. Il me semble que tout irait mieux si l’un de vous avait autorité sur les autres.
o l’action non réalisée dans le passé (irréel du passé) ; ex. S’il avait été poli, toute la situation aurait changé.

Le conditionnel, en plus de ses valeurs modales, a une valeur temporelle : il exprime le futur du passé, c’est-à-dire qu’il indique une action à venir par rapport à un moment passé. Ex. L’agent s’était longtemps demandé comment il appellerait le client.

5. Les valeurs de l’infinitif :

L’infinitif est le mode de l’action pure, sans considération de temps ni de personne car c’est un mode impersonnel (sans marque de personne). Il sert à exprimer :

– une généralisation : Coucher à la belle étoile.
– un ordre dans des situations très générales
o Ne pas se pencher au-dessus d’un précipice. (consigne de prudence)
o Battre les œufs en neige. (recette de cuisine)
o Prendre un comprimé trois fois par jour. (prescription médicale)
L’infinitif peut aussi être l’équivalent d’un indicatif dans un discours narratif (on parle d’infinitif de narration).

Il est alors précédé de la préposition de. Ex. Et Monsieur de ramasser piteusement son sac et la secrétaire de pousser un ouf de soulagement.

6. Les valeurs du participe présent et du gérondif

Le participe présent et le gérondif ont une valeur d’aspect : ils donnent à l’action du verbe une idée de déroulement, d’action simultanée. Ex. Il arrive à chanter en mâchant un chewing-gum. Elle a poursuivi ses études tout en gagnant sa vie.

La valeur des temps verbaux
Les temps de la conjugaison ont une valeur, c’est-à-dire une signification qui s’ajoute au sens du verbe. Chaque temps peut avoir plusieurs valeurs. Ex. Tu fermeras les fenêtres avant de partir. (Ici, le futur exprime l’avenir, mais il a aussi la valeur d’un ordre). Ce sont les temps verbaux de l’indicatif qui ont les valeurs les plus variées :

– On emploie le présent pour exprimer une action qui se déroule au moment où l’on parle.
– On emploie l’imparfait pour exprimer une action passée en cours de réalisation ; il est le temps de la description au passé.
– On emploie le passé simple pour présenter une action passée totalement coupée du moment où l’on parle ; il est le temps du récit.
– On emploie le passé composé pour exprimer une action passée qui garde un lien avec le présent ; on l’utilise dans le récit oral.
– On emploie les temps composés pour présenter une action qui s’est produite avant l’action exprimée aux temps simples.
– On emploie le futur simple pour exprimer une action à venir.
– On emploie le conditionnel pour exprimer un futur dans le passé.

Vous pouvez télécharger l’exercice sur le lien suivant:télécharger